The Great Gatsby, a new Classic ?

Bonjour à tous et je vous souhaites déjà par avance de joyeuses fêtes ! Aujourd’hui je vais vous parler du film Gatsby le magnifique de Baz Lurhmann (la dernière version, qui est sortit en 2013) et qui avait le film d’ouverture au Festival de Cannes présenté hors compétition avec ente autres Leonardo DiCaprio, Carey Mulligan, Tobey Maguire et Joel Edgerton .

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1352.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1351.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1349-0.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1350.jpg
Le film est en effet une autre adaptation cinématographique du livre de Scott Fitzgerald aussi intitulé « Gatsby le magnifique » ou « The Great Gatsby » en anglais dont Fitzgerald ce serait inspiré de sa vie avec Zelda, sa femme, pour l’écrire.

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1355.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1354.jpg
Les critiques du film de Baz Lurhmann avait été mitigés lors de sa sortie, certaines disant que le film qui était tant attendu n’avait pas fait ses preuves; certaines critiques ont même mis en question le style assez particulier du réalisateur avec comme argument qu’à force de faire des films trop longs, il tombe lui-même dans son propre piège et donc dans l’ennui. En effet le style du réalisateur australien est que ses films se passent lentement et la plupart des scènes principales (ou l’intrigue même du film) durent longuement avec des explications et des détails dont on peut se passer. Mais c’est aussi cela qui fait le style de ses films, sinon ça ne serait pas la même chose (cela peut paraître bizzare mais j’aime beaucoup la manière dont Baz Lurhmann entreprend de dénouer avec lenteur une situation, c’est cela qui donne son charme unique).
Gatsby le magnifique a un autre atout, c’est l’artistique même du film, sur ce point de vue tout le monde est d’accord.
La femme du réalisateur, qui se nomme Catherine Martin (une Française), s’occupe de l’artistique dans plusieurs films de son mari comme Moulin Rouge! en 2001 avec Nicole Kidman ou encore Australia sortit en 2008 et toujours avec cette dernière et Hugh Jackman, pour lesquelles ses talents avaient été de maintes fois récompensés comme ce fut dernièrement le cas avec Gatsby qui lui a valut deux Oscars.

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1325.png

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1324.png

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1341.png

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1326.png
Bien évidemment pour faire un bon film, il faut surtout une bonne bande-son musicale et de bons producteurs. Pour cela, Baz Lurhmann a fait des choix à la fois impressionnants et étonnants ! Jay-Z est un des producteurs des films et où il pouvait aussi gérer les goûts et choix musicaux pour le film.
Le jazz était à l’honneur (étant donné que le film de déroule pendant les années folles) mais avec des musiques qui avait une touche de modernisation, ce pourquoi on peut entendre les voix de Lana Del Rey (le morceau Young and Beautiful est en train de devenir culte), Beyonce, Emeli Sandé, Fergie, Will.i.Am, Jay-Z lui-même et encore plein d’autres…

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1344.jpg

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_1345.jpg
Les trois étapes qui permettent de définir un « classique » sont belles et biens respectées:
-Le romantisme avec la lenteur des scènes -qui est le signe particulier que Baz Lurhmann essaie de contrôler (avec maladresse certes) dans pratiquement tous ses films depuis des années.
-L’artistique qui est le seul élément irréprochable dans Gatsby le magnifique dont sa femme a réussie à manier avec brillance ! Les paysages sont à couper le souffle et les costumes et décors respectent exactement le style des années 20 (dites les « années folles »).
-Et la dernière étape est bien évidemment la musique du film. Avoir choisi Jay-Z comme producteur n’était pas idiot et cela a permis d’avoir différents styles et goûts musicaux comme la voix envoûtante de Lana Del Rey qui nous fait encore plus plonger dans l’intrigue et l’univers de Gastby.

Si Gatsby le magnifique avait mît en doute autant les spectateurs que les critiques, il faut aussi se rappeler que l’œuvre de Scott Fitzgerald avait été rejeté par la presse et le public lors de sa publication alors qu’aujourd’hui c’est une œuvre d’art incontournable.
Alors j’espère sincèrement que Gastby de Baz Lurhmann deviendra d’ici dix ans, un grand classique, comme l’ai actuellement l’œuvre littéraire de Fitzgerald.

Note : 7/10

/home/wpcom/public_html/wp-content/blogs.dir/c9c/59177661/files/2014/12/img_13481.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s